Blogs

grid

Vue d’Ensemble du Musée National d’Histoire de l’Ile Maurice

Idéalement situé dans une petite ville nommée Mahébourg sur la côte Sud-Est de Maurice, le Musée National d’Histoire (Musée Naval) offre un retour dans le passé naval de l’île, allant jusqu’au 18ème siècle. La ville historique de Mahébourg a été fondée en 1805 par le dernier gouverneur général français Charles Decoaen. En octobre 1806 on lui attribua le nom du célèbre gouverneur français Mahé de Labourdonnais. À présent Mahébourg est le village principal du district de Grand Port comptant une population d’environ 15 457 habitants (est. 2015).

musee-national-dhistoire-de-maurice-mahebourg (1)

Mahébourg est aussi considéré comme une région historiquement très importante de Maurice. Les Hollandais l’avaient colonisé en raison de sa proximité avec des sources d’eau abondantes dont des cours d’eau et des rivières adjacents. Au début, Mahébourg était la ville portuaire idéale pour le commerce. Plus tard elle fit témoin de la Grande Bataille Navale Historique de Vieux Grand Port en 1810. La bataille eut lieu entre la Marine Française et la Royal Navy Britannique pour la possession du port de Grand Port, une escale stratégique pour les commerçants et militaires sur les routes entre l’Asie et la Grande-Bretagne. C’était la seule victoire navale française durant les guerres napoléoniennes. Selon les dires, beaucoup ont péri pendant cette bataille.

Aujourd’hui, vous pouvez revisiter les détails de la bataille au Musée National d’Histoire qui relate les événements maritimes passés. Vous pourrez aussi y trouver des informations sur les trois époques coloniales de l’île, celle des Hollandais, des Français puis des Anglais.

Contexte du Musée National d’Histoire

Construit vers 1772, le Château de Roubillard ou Château Gheude est niché sur le bord de la Rivière La Chaux à proximité d’un magnifique parc de grands pins. Ce manoir colonial français appartenait à la famille Roubillard notamment au commandant Jean de Roubillard du quartier de Grand Port. Le manoir est finalement vendu en 1950 et transformé en musée sous le Conseil des musées de Maurice.

Pour l’anecdote, c’est dans cette même maison que le Commandant Nesbit Josiah Willoughby et Guy Victor Duperre (deux adversaires durant la Bataille Navale de Grand Port) furent soignés côte à côte par leurs médecins respectifs après avoir été grièvement blessés.

Structure du Musée et Artefacts

Le musée est composé de trois étages, dont deux accessibles au grand public. Il y a plusieurs sections où vous pouvez apprendre sur les différentes périodes de colonisation de l’île Maurice, y compris les vestiges de la grande bataille navale de Vieux Grand Port. En outre, vous pourrez également voir des artefacts de nombreuses autres épaves de navires tels que Pieter Both (le premier gouverneur général des Indes Néerlandaises).

Rez-de-Chaussée – Bataille de Vieux Grand Port

Cette section relate principalement la bataille de Vieux Grand Port disputée en 1818 entre les escadres française et britannique.

Une autre section du musée documente la Bataille navale de Grand-Port disputée en 1810 entre des escadres françaises et britanniques, à travers des peintures accrochées au mur et des tabloïds relatant les différentes phases de la bataille. L’escadre Britannique était dirigée par le Commandant Samuel Pym et du côté des Français, le Capitaine Guy-Victor Duperré.

L’île de France (Maurice) était l’une des dernières possessions françaises d’outre-mer à être conquise par la Grande-Bretagne. Pendant ce temps, l’océan Indien servait de base aux raids sur le commerce britannique et son port d’alors, Grand Port, a été la scène d’une rare et lourde défaite navale pour la Grande-Bretagne, avec quatre frégates perdues.

Dans cette section, vous aurez l’occasion de découvrir l’histoire de l’empire colonial et de voir les reliques historiques de la grande bataille navale. Des objets de naufrages tels que des canons originaux, des boulets de canon, des peintures, des épées et des armes de Robert Surcouf, le corsaire du 18ème siècle, populairement connu comme le roi des Corsaires, sont exposés.

La cloche récupérée de l’épave du St Géran, chaviré sur la côte Est en 1744, y est également exposée. Il y a également une coupure de journal intéressante, parlant de Charles Seabourne, qui avec des survivants du navire Trevessa, s’est finalement retrouvé à Bel Ombre dans le sud de l’île, en 1923, après 25 jours en mer. Dessus vous pourrez retrouver plusieurs éléments, dont des biscuits, un rasoir et le couvercle d’une boîte à cigarettes qu’ils ont utilisé pour mesurer la quantité d’eau. Vous pouvez également voir l’épave de la bataille navale de Vieux Grand Port en 1810.

musee-national-dhistoire-de-maurice-mahebourg (2)

Dans une vitrine séparée, on peut voir un «Rouleau d’Honneur» dédié aux Mauriciens qui ont péri pendant la Seconde Guerre mondiale. Plus loin, vous verrez un ancien village mauricien, qui vous donnera un aperçu du style de vie des habitants des région rurales de l’île.

Premier Etage – Maurice Coloniale

Section Britannique

Dans la section britannique, vous aurez la chance de voir des manilles, des chaînes, des portraits et des reliques sur l’indenture et l’esclavage.

C’est bon à savoir que lorsque l’administration Britannique abolit l’esclavage le 1er février 1835, de nombreux travailleurs sous contrat arrivèrent d’Inde, principalement du Bengale, de Madras et de Bombay, pour travailler dans les plantations de canne à sucre. Puisque les travailleurs indiens étaient plus familiers avec les monnaies indiennes, de 1877 à 1935, la monnaie standard de l’Inde Britannique devint la monnaie légale à Maurice. Vous pouvez trouver ces pièces dans cette section du musée.

En outre, vous trouverez des artefacts, y compris des pièces trouvées sur le navire Speaker, qui était sous le commandement du pirate John Bowen quand il fut détruit à la Grande Rivière Sud Est le 7 janvier 1702. Les artefacts comprennent: les pièces d’or de l’Empire ottoman de Caire sous Mustafa I (1617-1618) et Mehmed IV (1648-1687); une pièce indienne d’une roupie en argent fabriquée sous le règne d’Aurangzeb (1658-1707); le thaler (une ancienne pièce de monnaie en argent) de Kremnitz en 1695 sous le règne de Léopold d’Autriche et un cadran solaire en laiton de Nuremberg, le précurseur des montres.

D’autres vestiges historiques intéressants exposés sont des artefacts trouvés dans le navire naufragé de l’Amiral Pieter Both. On raconte qu’en janvier 1610, une flotte de huit navires, sous le commandement de Pieter Both, quitta les Pays-Bas pour Bantam et s’approcha de Maurice en septembre. Il est resté ici pendant environ un mois. Le 6 mars 1615, le navire du gouverneur général Pieter Both, Banda, jette l’ancre près de la baie de Tamarin mais se retrouve piégé dans un cyclone. Le navire fut ensuite retrouvé fracassé et quarante-cinq hommes, dont Pieter Both, périrent.

musee-national-dhistoire-de-maurice-mahebourg (3)

Le navire naufragé a laissé une collection de porcelaines fines qui remonte probablement à l’époque de l’empereur Wan Li de la dynastie Ming; entre 1465 et 1614. Ces chefs-d’œuvre chinois, retrouvés dans l’épave du navire chaviré, nous donnent une idée des liens commerciaux existant entre l’Extrême-Orient et l’Europe durant cette période. En outre, les archéologues ont fait une découverte spéciale sur le navire, à savoir un «astrolabe», datant de 1568, utilisé dans la navigation et on note que très peu d’échantillons de cet instrument existent encore.

Des portraits de personnalités britanniques qui ont changé le cours de l’histoire de Maurice, ainsi qu’une impressionnante aquarelle représentant des personnages urbains et ruraux de différentes ethnies à la fin du XIXe siècle, complètent les collections.

En outre, un modèle réduit de la première voiture utilisée par Mauritius Railways en 1864 est exposé. Dans la cour arrière du musée, vous pouvez voir une calèche à taille réelle. Pour diverses raisons, les trains ont été progressivement retirés de la circulation à partir de 1926.

Section Française

Au premier étage, vous trouverez également le lit à baldaquin de Labourdonnais, deux palanquins ou chaises en bois de type berline, qui ont été portés par des esclaves pour transporter leurs maîtres à travers le pays, une collection de pièces de monnaie, bibelots, des maquettes de voiliers et d’anciennes cartes. Il existe aussi différents portraits et artefacts illustrant le développement de l’Ile de France.

Section Hollandaise

La section Hollandaise du musée a été inaugurée par Son Altesse le Prince Maurits d’Orange-Nassau le 20 septembre 1998. La cérémonie marquait le 400ème anniversaire du premier débarquement Hollandais à Maurice.

musee-national-dhistoire-de-maurice-mahebourg (4)

Les Hollandais abandonnèrent Maurice après deux tentatives infructue uses à coloniser l’île. Au moment où ils sont partis, deux espèces endémiques de l’île Maurice, l’oiseau Dodo (qu’ils appelèrent De Walgvogel), et les tortues géantes, (cylindraspis inepta et cylindraspis trisserata), avaient déjà disparu en raison de la chasse excessive. Les tortues géantes pourraient aisément transporter deux personnes.

Quelques os des tortues et du Dodo trouvés à Mare aux Songes sont exposés au musée. Ces os témoignent de leur existence jusqu’à quelques centaines d’années de cela.

Horaires de Visite au Musée:

Du lundi au samedi: de 09h00 à 16h00

Dimanche et jours fériés: de 09h00 à 12h00

Mardi: Fermé

Frais d’admission: Gratuit